Série Disney Loki : Notre avis

Après plusieurs mois d'attente avec quelques teasing par-ci par-là, la série Loki est enfin disponible sur Disney+, pour notre plus grande joie ! Et c’est avec beaucoup de plaisir que nous allons vous donner aujourd’hui notre avis sur cette série. Loki est une mini-série de 6 épisodes des studios Marvel sortie en streaming sur Disney Plus entre le 9 juin et le 14 juillet 2021.


ALERTE SPOILER - Attention, cet article contient des spoilers concernant la série, nous vous recommandons de la regarder avant de lire l’article - ALERT SPOILER


Casting

Scénariste & Showrunner : Michael WALDRON

Réalisatrice : Kate HERRON

Loki : Tom Hiddleston

Mobius : Owen WILSON

Sylvie Laufeydottir : Sophia Di Martino

Ravonna Renslayer : Gugu Mbatha-Raw

Hunter B-15 : Wunmi Mosaku


Introduction

L’histoire débute vers la fin de Avengers endgame, lorsque les Avengers remontent dans le temps en 2012, pendant l’attaque de New York par Loki. Alors que Loki est fait prisonnier par les avengers de 2012, ceux de 2019 l’aident, malgré eux, à s’échapper avec le tesseract. C’est alors qu’il atterrit quelque part dans les steppes mongoles où il ne restera que peu de temps avant d’être capturé par des agents du TVA (Time Variance Authority), une agence du temps qui a pour but de contrôler les voyageurs temporels non autorisés.


Episode 1

Contrairement aux séries Marvel précédentes, WandaVision ou Falcon et le Soldat de l’Hiver, qui sont bien entendu réalisées dans des styles très différents, nous commençons la série Loki très fort, directement dans l’action, mais avec tout de même pas mal de questions, comme dans WandaVision. 


A première vue il pourrait être assez drôle de voir que ces gardiens du temps travaillent dans des bureaux à l’aspect science-fiction “à l’ancienne”, mais il s’agit surtout d’une volonté du showrunner, Michael WALDRON, de s’inspirer de vieux films de science-fiction comme par exemple Blade Runner.


Nous avons également remarqué le petit clin d'œil à Ironman 1, lorsque Tony chute dans le désert et se retrouve enterré dans le sable entre les débris de son armure. Nous supposons (ou plutôt espérons) qu’à l’instar de Tony qui aura vécu son passage dans une grotte afghane comme une rédemption et un moyen de voir plus clair sur sa vie, Loki prendra également conscience dans cette série qu’il peut devenir quelqu’un de bien. La scène où il peut regarder sur le projecteur de la salle d’interrogatoire toute sa vie défiler jusqu’au moment de sa mort, en passant par la mort de sa mère qu’il provoque malgré lui, est particulièrement touchante et ne fait que renforcer l’idée que Loki n’est pas un être foncièrement mauvais et qu’il est possible pour lui de changer. 


Lorsque Loki retrouve les pierres d’infinité dans le tiroir de Casey, ce genre de réceptionniste du TVA, et qu’il lui explique qu’ici ils s’en servent comme presse-papier, on arrive à se rendre compte de l’inutilité de ces reliques dans sa situation actuelle et qu’il faudra à Loki redoubler de malice s’il souhaite sortir de ce lieu étrange. A travers cette scène on comprend également que l’objectif du TVA est nettement supérieur par rapport aux enjeux du dernier avengers endgame, car cela signifie que les pierres d’infinités ne sont que des breloques de pacotille comparées à cette étrange organisation. Cela nous permet également de confirmer que les scénaristes ont bel et bien décidé de passer à autre chose concernant les pierres d’infinité, et c’est plutôt une bonne chose !



Episode 2

Cet épisode poursuit dans la lignée de notre avis sur le premier épisode : la trame est bien construite, il est intriguant, drôle, et prometteur. Le seul bémol que nous avons pu remarquer lors de cet épisode est le combat contre ce malabar à casquette. Même si le fait de prendre le contrôle du corps des gens permet de transférer la force de Sylvie, le variant femminin de Loki, il est assez curieux de voir avec quelle facilité il finit au tapis, après seulement quelques coups de poings, quand on sait que ce Loki s’est fait rouler dessus par Hulk il y a quelques jours à peine et qu’il s’en est rapidement remis.


Dans cet épisode, nous pouvons en apprendre davantage sur les différents variants de Loki, comme le Loki bleu, géant du froid, le Loki troll, issu des comics, ou encore le Loki maillot jaune, vainqueur du tour de France.


La note tragique sur la destruction d’Asgard est parfaitement bien gérée car souvent, chez Marvel, l’humour a tendance à venir casser les moments d’émotion. Et même si la scène suivante est celle avec la salade, nous avons trouvé que le timing était bien respecté, car cela permet de montrer que Loki pense avant tout à lui-même.


Nous avons trouvé d'ailleurs que la scène de la salade était particulièrement tordante et très bien jouée par les deux acteurs. A ce moment-là, Loki est motivé pour retrouver son variant mais on ne sait pas si c’est pour le vaincre afin de prouver que c’est bien lui le meilleur ou bien simplement pour le rejoindre et vaincre le TVA. Mobius rappelle à Loki qu’il a analysé son passé et qu’il a trahi ses semblables chaque fois qu’il en a eu l’occasion, ce qui vient rappeler la trame générale de l’histoire : va t-il encore trahir ? Ou sera t-il capable de tenir sa parole ?


La scène à Pompei vient ajouter encore plus d’humour noir à une série déjà bien riche dans ce domaine. En effet, nous pouvons y voir le dieu de la malice venant annoncer aux habitants de Pompéi qu’ils vont mourir dans quelques minutes et pourtant personne ne le croit. Nous avons trouvé le petit clin d'œil amusant lorsqu’il libère les chèvres de leur enclos. Ces bêtes à cornes identiques à celles sur son diadème qu’il porte régulièrement.


La discussion entre Loki et Mobius sur les origines du TVA est intéressante car elle nous permet de voir que Loki a des doutes sur les réels objectifs de cette organisation. Lorsque Loki dit qu’aucun homme mauvais n’est totalement mauvais et qu’aucun homme bon n’est totalement bon, on peut supposer que Loki parviendra, avant la fin de la saison, à libérer Mobius de ses chaînes créées par le VAT. A voir à quel prix viendrait une telle libération.


Après une fine déduction du duo comique Loki et Mobius, on se retrouve devant une vision apocalyptique du monde qui a une bonne façon de souligner que l’humanité est en train de détruire le climat et de causer sa propre perte. Une évidence qu’il est capital de prendre en main depuis plusieurs années maintenant.


La rencontre entre Loki et Sylvie nous permet de comprendre qu’elle est sûrement le plus ancien des variants de Loki et peut-être le plus dangereux. Comme on peut le remarquer sur son diadème, il y a une corne cassée, ce qui peut laisser supposer un passé brutal et violent, qui viendrait expliquer cette envie de revanche à prendre sur le TVA. De tout évidence, Sylvie cherche à créer une diversion afin de pouvoir s’introduire dans les bureaux du TVA et tuer les gardiens du temps. Lorsque Loki la suit, il est clair qu’une confrontation se fera au prochain épisode. Reste à savoir s’ils finiront par s’associer dans un objectif commun ou pas.


Episode 3

Ce nouvel épisode de Loki est encore une fois visuellement recherché, avec un rythme soutenu ce qui donne encore plus l’impression d’être trop court avec seulement 35 minutes de visionnage.


Cet épisode permet de poser les bases d’un nouveau personnage, Sylvie, tout en développant un début de relation entre elle et Loki. Étant obligés de faire équipe afin de recharger l’appareil permettant de se téléporter dans le temps et donc d’échapper à la fin imminente et brutale qui les attend sur cette planète, Sylvie et Loki redoublent de malices pour doubler tous ces pauvres gens qui attendent  de pouvoir monter dans ce train les menant à “l’Arche” ce vaisseau spatial censé permettre à la population d’évacuer la planète.


Ce train pour lequel les pauvres font la queue mais n’auront aucune chance d’y entrer, car il est réservé aux riches, est une allusion à la série Snowpiercer dont les seuls survivants de la planète sont les très riches et quelques pauvres qui ont réussi à s’introduire “illégalement” dans le train permettant à l’humanité de survivre.


Nous avons supposé que le fait d’avoir choisi de tourner cet épisode sur une planète mourante, avec une date si proche de la nôtre (2077) était encore un moyen de rappeler que nous sommes actuellement en train de détruire l’écosystème.


Ce passage dans le train permet d’en apprendre davantage sur Sylvie mais également sur Loki et sa bisexualité. Nous avons d’ailleurs même cru comprendre que la couleur violette que l’on retrouve un peu partout dans le ciel de cette planète est la couleur représentatrice de la bisexualité.


Nous avons une nouvelle fois été surpris de constater le faible niveau de puissance que peut avoir Loki dans cette série face à des gardes humains lambda, dans cette bagarre générale dans le bar du train, quand on sait qu’il rivalise avec Captain America dans le premier Avengers. Sachant que cette série est tournée avec ce même Loki qui a pris sa rouste il y a seulement quelques jours.


Nous avons adoré, lorsque la bagarre dans le bar du train éclate, Sylvie retire son diadème et commence à s’en servir façon Peaky Blinders. Un peu comme Loki le fait dans Thor Ragnarok. Une manière subtile de montrer les similarités entre ces deux variants de Loki. 


Après avoir été éjecté du train, Loki remonte le moral de Sylvie et montre une nouvelle fois que le dieu de la malice sait être persévérant et refuse d’accepter une mort aussi simple.


Nous avons apprécié les décors et les différents plans tournés dans la ville au style très futuriste. La course vers le vaisseau est filmée comme une scène de jeu vidéo où il faut rejoindre un objectif à temps. 


Nous avons été surpris de voir la puissance des capacités de Loki lorsqu’il remet en place une tour qui s’effondre car, jusqu’à présent, il n’avait jamais montré de tels pouvoirs. Nous avons hâte de voir la suite afin de découvrir si ces pouvoirs cachés lui permettront de se sortir de cet endroit dont nous avons encore un doute sur la réelle existence. En effet, il se pourrait que Loki ait inventé tout ce scénario afin d’extorquer à Sylvie des informations sur le TVA.


Episode 4

Cet épisode 4 de la série Loki nous a confortés dans notre analyse de son rythme. En effet, la série est, pour le moment, toujours aussi dynamique et il n’y a que très peu de temps de pause, qui sont tous très bien exploités et ne donnent pas cette sensation de venir “combler” un trou dans le scénario. L’histoire évolue rapidement à chaque épisode, si bien qu’après seulement 4 épisodes nous pensions déjà être au 6ème ! Et ce n’est pas pour autant que le rythme de la série empêche la compréhension de l’histoire, bien au contraire. Cela nous garde dans l’action tout au long de l’épisode.


Dans ce début d’épisode, nous pouvons voir que Sylvie a eu le même parcours que Loki lorsqu’il s’est fait arrêter par le TVA. Elle passe également le portique de sécurité et nous ne pouvons nous empêcher de nous demander si, comme Loki dans l’épisode 1, elle n’est pas une androïde. Car, comme il le dit si bien, s’il est un androïd, comment pourrait-il le savoir ?


Lorsque la jeune Sylvie vole le timepad de Ravonna, pratique héréditaire chez les Loki dans cette série, nous pouvons voir sur son visage une grande peur pour sa carrière, une erreur qui la hante encore des années plus tard.


Nous savions depuis le départ que le TVA nous cache des choses et les mensonges très mal dissimulés de Ravonna à Mobius ne font que confirmer que la juge fait partie intégrante de ce complot dirigé par une force supérieure encore inconnue.



Ce moment romantique entre Loki et son alter ego, Sylvie, lorsqu’ils attendent leur mort imminente sur Lamentis-1, pourrait montrer une fois de plus à quel point il est narcissique. Lui qui ne se souciait jamais de qui que ce soit, tombe finalement amoureux de son reflet. Après tout, bien qu’elle soit une variation de Loki, elle n’est ni une jumelle, ni une clone de Loki mais bel et bien un personnage à part entière.


Nous avons trouvé que la “torture” dans la prison de souvenirs était bien trouvée et plutôt drôle. La présence de Lady Sif, qui devrait également être présente dans le prochain Thor 4, fonctionne assez bien pour ce genre de cauchemar tiré d’un souvenir qui tourne dans une boucle temporelle. D’ailleurs, pour ceux qui sont fans de mythologie nordique, sachez que cette scène s’est réellement déroulée dans les sagas norvégiennes. Loki le farceur, coupant la chevelure de dame Sif, alors épouse de Thor, dans son sommeil. Pour finir, Loki est contraint de dévoiler ses faiblesses, d’avouer qu’il est seul et ne cherche que de l’attention.


Cela faisait un moment que l’on soupçonnait les Gardiens du temps de n’être qu’une invention servant à cacher le réel maître du TVA. L’explication la plus probable pour nous était qu’un autre variant de Loki avait pris le contrôle du TVA, c’est pourquoi Sylvie insiste tant sur le fait qu’elle ne s’appelle plus Loki. Cependant, nous avons pu voir qu’elle n’est pas au courant de cette supercherie, ce qui signifie qu’il faut chercher dans une autre direction.


La vidéo post-crédit qui montre que Loki n’est pas mort mais a été visiblement téléporté vers une autre dimension. Nous pouvons voir en fond la tour Stark détruite, ce qui laisse penser qu’il se trouve à New York. Les bâtiments étant complètement détruits, nous supposons qu’il s’agit d’une variation temporelle dans laquelle Loki a réussi à vaincre les Avengers en 2012 (épisode 1) et que les Shotoris ont pu ravager la ville, comme Thanos l’avait prévu.


Episode 5

Ce premier plan de l’épisode qui avance vers l'ascenseur menant aux faux gardiens du temps, tout en tournant sur lui-même permet de montrer que le TVA est sens dessus dessous.


Le Monde parallèle (ou monde poubelle, comme mentionné dans l’épisode par l’enfant Loki) où se trouve Loki représente un New York détruit où l’on peut voir la tour Stark avec le nom Qeng, nom de l’homme d'affaires qui achète la tour dans les comics. On apprend plus tard qu’il s’agit de Kang le conquérant. Il se pourrait même que nous le retrouvions dans le prochain film Dr. Strange !


Alioth, le monstre de fumée avec la gueule de t-rex, nous a fait penser aux Druun dans Raya et le dernier dragon. Ces monstres de fumée qui transforment tout être vivant en pierre. Il n’y a pas de doutes, on est sur Disney+.


Nous avons été amusés de voir toutes les références à l’univers Marvel qui ont pu être placées dans cet épisode, comme le Thanoscopter, l’hélicoptère de Thanos, le casque de Yellowjacket dans Antman, le Throg, contraction de “Thor” et de “frog” (la grenouille), qui essaie de récupérer Mjöllnir alors qu’il est enfermé dans une bouteille en verre(scène à la fois très drôle et très cruelle). Plus loin, nous pouvons également apercevoir le vaisseau de Ronan l’accusateur, le vaisseau du SHIELD ou encore la fusée de Crâne rouge.


Le court passage au TVA dans cet épisode permet surtout de montrer à quel point la juge Ravonna est encore moins digne de confiance qu’un Loki tant sa trahison était prévisible. Son tête à tête avec B15 vient confirmer qu’elle ignore qui est réellement à la tête du TVA et cherche également des réponses. Nous avons d’ailleurs remarqué que le chiffre 3 dans la salle d’interrogatoire ressemblait beaucoup à Mickey, la forme et la couleur mettant l’ensemble en évidence.


La scène où les variants de Loki racontent leur histoire est à la fois drôle, comme le passage où on apprend que le Loki Alligator a créée un Nexus uniquement car il avait mangé le mauvais chat du voisin, et poignant, comme lorsque le vieux Loki raconte comment il a réussi à survivre pendant des années complètement seul et qu’il s’est fait attraper lorsqu’il a souhaité retrouver son frère qui lui manquait. Par ailleurs, lorsqu’il explique comment il a réussi à échapper à Thanos en se laissant dériver avec les débris de son vaisseau, nous avons entrevu une référence à Star Wars : l’empire contre-attaque, lorsque Han décide de laisser dériver son vaisseau parmis les déchets de l’empire pour ne pas se faire repérer.


Après son auto-brouillage, Sylvie arrive au monde poubelle, espérant retrouver Loki. Mobius vient la sauver avec une Volkswagen Variant (vous avez saisi la référence ? 😉). Il s’agit presque de la même voiture que dans Toy Story (la voiture pizza planet). La hawaïenne sur le tableau de bord est quant à elle une référence à WandaVison.


La scène entre Loki et Sylvie est mignonne et on espère pouvoir faire confiance aux deux pour ne pas se trahir mutuellement. Ce qui résume bien le saut de la foi que représente toute tentative de relation sérieuse et durable.


Lors de la scène des adieux, Mobius tend la main à Loki, comme dans l'ascenseur au premier épisode lorsqu’ils viennent de se rencontrer et que Loki refuse. Il est très émouvant de voir qu’à présent Loki répond en le serrant contre lui. Ce passage permet de montrer l’évolution de la relation entre les deux personnages.


La gigantesque illusion de Asgard, créée par le Loki vieux, avec des éclairs bleus, rappelant son frère Thor, montre la puissance qu’a Loki. Peut-être même plus qu’on ne l’imaginait.


Vieux Loki est incroyable dans ce cri de défi, de joie et d’angoisse mêlés. Il prouve qu’un Loki peut cesser d’être égocentrique et mourir héroïquement au service des autres.


Dans l’ensemble, cet épisode nous a une nouvelle fois impressionnés par sa qualité visuelle et le niveau de détails apporté à chaque image. On sent une réelle montée en puissance et nous attendons encore plus de l’épisode suivant, qui sera donc le dernier de cette saison.

Episode 6

Nous commençons cette analyse par le nouveau générique réunissant toutes les phrases cultes des films Marvel. Nous y avons vu là un moyen, de la part des réalisateurs, de nous faire remonter le temps, l’élément au cœur de l’histoire depuis le début de la série, afin de comprendre que cet épisode va se dérouler hors du temps et de l’espace.

 

Dans ce nouvel et dernier épisode de Loki saison 1, le rythme s’est ralenti pour laisser place au mystère et à beaucoup de suppositions.

 

Nous y rencontrons donc, comme supposé, Kang le Conquérant. Ou plutôt son variant. Bien que l’acteur, Jonathan Majors, ait confirmé qu’il sera dans le prochain Antman dans le rôle de Kang le conquérant, nous pouvons affirmer avec peu de doutes qu’il ne s’agit là que de son variant “gentil”. Pour résumer l’histoire de ce personnage en bref : il y a une éternité, bien avant la création du TVA, né durant le 31ème siècle, un variant de cet humain a découvert qu’il y avait d’autres univers parallèles, et au même moment, d’autres versions de lui font la même découverte. Ils ont fini par entrer en contact et échanger leur savoir dans la paix. Cependant, certaines versions de cet être n’étaient pas bienveillantes. Certaines souhaitant conquérir d’autres mondes. C’est là que la vérité s’est dissoute, donnant lieu à de grandes guerres où chaque version souhaitait préserver son univers et dominer celui des autres. Le même chaos annoncé par Miss Minute au début de la série. La seule divergence dans l’histoire est que ce changement n’a pas été opéré par les gardiens du temps mais par ce variant de Kong qui, en domptant Alioth, mit fin à la guerre multiverselle. C’est alors que ce personnage, nommé par Miss Minute, “celui qui demeure” (référence au fait qu’il est le dernier de ses variants), créa le TVA afin d’éviter toute nouvelle guerre multiverselle. 

 

Nous supposons que s’il propose un marché à Loki et Sylvie c’est soit parce qu'il dit la vérité, qu’il n’est pas Kang mais bel et bien un variant qui cherche à maintenir le flux temporel afin d’éviter l'apparition de ses variants conquérants, soit parce qu'il a peur de Loki et Sylvie et qu’il cherche simplement à gagner du temps. Ou bien encore, qu’il savait exactement ce qu’il faisait et que sa mort servait un tout autre but. Celui permettant de délivrer le véritable Kang. Les gardiens du temps étant une simple couverture pour gagner du temps en cas de rébellion.

 

Dans cet ultime épisode de Loki, nous assistons à une débat entre le fachisme : “si tu fais cela comme je te dis, alors tu sera heureux, sans réelle preuve qu’agir différemment serait un problème et ne me rendrait pas plus heureux”, et le libre-arbitre : “j’ai le droit de choisir de vivre ma vie différemment du destin qui m'était attribué, au risque que cette variation de moi détruise le monde”.

 

Ce sujet est parfaitement bien amené car il est tout à fait au goût du jour : Sommes-nous prêts à renoncer à notre liberté pour obtenir la sécurité ? Ce sujet avait d'ailleurs été évoqué dans Captain America le Soldat de l’hiver, lors de l’échange entre Steve et le Dr. Zola version numérique.

 

Après une telle fin, nous ne pouvons que supposer qu’il y aura une saison deux. Soupçons confirmés par la scène post-crédit annonçant la saison deux via un coup de tampon sur un dossier.

 

Dans l’ensemble, cette série sur Loki aura été la meilleure série Marvel que nous avons vu depuis la sortie de Disney+. Le rythme est soutenu, on ne s'ennuie pas ! La scénario a été parfaitement adapté et a su ouvrir encore plus de possibilités pour la suite des Marvels. Les acteurs, qu’ils soient connus ou non, ont été très bons, et ont su incarner leur personnage à la perfection. 

 

En résumé, nous avons hâte de connaître la suite !

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ? Dites-le nous en commentaire !

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés