Luca Disney Pixar : Notre avis

On se retrouve aujourd’hui pour parler du dernier film Pixar sorti le 18 juin 2021 sur Disney+, qui n’est autre que Luca ! J’espère que vous êtes prêts pour une sortie en mer dans les eaux profondes de l'Italie. En avant toute ! Cap sur le large !


ALERTE SPOILER - Attention, cet article contient des spoilers concernant le film, nous vous recommandons de le regarder avant de lire l’article - ALERTE SPOILER


Casting

Scénaristes : Jesse ANDREWS / Mike JONES

Réalisateur : Enrico CASAROSA

Luca Paguro : Jacob TREMBLAY / Aloïs LE LABOURIER TIÊU (VF)

Alberto Scorfano : Jack Dylan GRAZER / Matt Mouredon (VF)

Giulia Marcovaldo : Emma BERMAN / Juliette Davis (VF)

Ercole Visconti : Saverio Raimondo / Oscar Douieb (VF)

Daniela Paguro : Maya RUDOLPH / Chiara MASTROIANNI (VF)

Massimo Marcovaldo : Marco BARRICELLI / Serge Biavan (VF)

Lorenzo Paguro : Jim Gaffigan / Pierre Margot (VF)


Inspirations

Le personnage d’Alberto est directement inspiré du propre ami d’enfance du réalisateur Enrico CASAROSA, qui s’appelait également Alberto.

Le film est inspiré en partie par des films italiens des années 50, notamment “La Strada” et “Vacances Romaines”. Des affiches créées par Pixar pour ces deux films apparaissent d'ailleurs dans le film. 

Les poissons que Luca élève dans la ferme familiale aquatique de ses parents sont des Rouget-barbet (Goatfish en anglais : poisson mouton), dont beaucoup vivent près des côtes italiennes.

Les animateurs du film ont réalisé un voyage Italie, plus précisemment dans le village de Monterosso, village qui constitue une des Cinque Terre, pour effectuer leurs recherches sur la culture locale, l’architecture, et surtout l’ambiance générale du film.


Introduction

Luca Paguro est un jeune monstre marin vivant dans les profondeurs marines d'un village côtier italien nommé Portorosso. Son quotidien se résume à surveiller des poissons moutons dans des champs de récoltes sous-marins. De peur qu’il soit attrapé par des humains, ses parents l'empêchent d’aller à la surface. Cependant, Luca n’a pas l’esprit d’un fermier et a envie d’aventures. Un jour, Luca part récolter des objets humains qu’il trouve au fond de la mer. C’est alors qu’il rencontre Alberto, un autre jeune monstre marin qui affirme avoir été sur terre plusieurs fois et vivant même sur une île proche de Portorosso.


Analyse

Nous avons trouvé les images plutôt bien réalisées, avec des prises de vues bien choisies, même si certains points restent décevants, comme par exemple les fonds marins. Si les plans sur le village de Portorosso sont réalistes et très colorés, nous avons été un peu déçus des plans pris dans le milieu aquatique. Plus particulièrement ceux dans les profondeurs. Nous aurions apprécié de voir plus de détails dans les décors qui étaient très vides (oui, nous sommes “sous l’océan” 😉 mais il y a beaucoup de vies là-dessous justement ! Beaucoup d’algues, de variétés de poissons,...). Après tout, ce n’est qu’un détail étant donné que la majeure partie de l’histoire se passe hors de l’eau. Ce qui est bien dommage car nous aurions souhaité en voir davantage ! Nous tenons tout de même à faire une note spéciale pour les plans sur la nourriture (des pâtes bien entendu, on reste dans les clichés que les américains ont des Italiens 😉) que nous avons trouvés aussi réalistes que ceux dans le film Raya, sorti il y a peu, sur Disney+ également, et dont vous pourrez lire l’avis ici.


La qualité de la vidéo, que ce soit en mer ou sur terre, reste, comme pour chaque Pixar, sur du très haut niveau. Cependant, même si certains trouvent que le réalisme est poussé au plus proche de la réalisation en stop-motion, nous avons trouvé que nous étions bien loin de réalisation en stop-motion comme par exemple pour l’Etrange noël de M. Jack.


Parlons du son à présent. Selon l’équipe de réalisation, les voix des villageois étaient les voix originales des habitants du village visité par l’équipe de réalisation. Des italiens donc. C’est sûrement pour cela que nous avons trouvé la version originale plus convaincante au niveau du son et des voix que la version française, qui prononce les mots et expressions italiens, comme des bons français, ce qui retire tout le sérieux de la scène. On va rester positifs et dire que cela restera toujours mieux prononcé que les phrases en français prononcé par Erin Kellyman (alias Karli Morgenthau) dans la série Falcon et le Soldat de l’Hiver, dont on a compris la langue dans laquelle elle parlait qu’après s’être renseignés sur le sujet. On poursuit avec l’ambiance générale qui a été bien maîtrisée dans l’ensemble, malgré le fait que les américains semblent être restés une fois de plus bloqués dans les années 50 et croient toujours que le seul style de musique que les italiens écoutent est l’Opéra. Une fois ce détail oublié, on arrive parfaitement à s’intégrer dans cet univers très typique de l'Italie du Sud. On en arriverait presque à sentir l’odeur des pâtes ! En revanche, dans ce nouveau Pixar, il n'y a pas eu de musique spécifique au film afin de le rendre spécial aux yeux du public, comme pour Monstres & Cie, par exemple.


L’idée générale de l’histoire est top ! Nous avons apprécié que l’histoire soit racontée dans le sens opposé d’un conte de fées. Habituellement, les contes de fées narrent les aventures d’un être humain qui découvre un monde fantastique. Dans cette histoire, la situation du protagoniste est inversée puisqu’il vient d’un monde fantastique et qu’il va découvrir notre monde, celui des humains, qui devient par logique son monde fantastique. Il va devoir apprendre à marcher, à faire du vélo, à parler avec les êtres humains. A travers ces nombreuses découvertes et apprentissages, on va tout de même réussir à nous transmettre une symbolique autour de l'adolescence. Le fait de grandir et d’être incompris par ses parents, la soif de liberté, les mauvaises fréquentations, et la sensation d’être prisonnier des restrictions parentales. En parlant des parents justement, nous avons trouvé que leur rôle n’a pas été aussi important qu’il aurait pu l'être. Si on comprend bien qu’ils sont là pour donner un sentiment d’urgence pour Luca de terminer sa quête (obtenir une Vespa), ils n’apportent malheureusement pas grand chose de plus à l’histoire. On peut d’ailleurs également en dire de même pour le méchant de l’histoire, Ercole Visconti, qui est presque totalement invisible durant une bonne partie du film et n’apporte absolument rien à l’histoire tellement il donne l’impression de ne même pas en faire partie. Il apparaît pour lancer deux ou trois insultes, puis disparaît aussitôt. Le schéma se répète à chaque apparition jusqu’à la course finale. La trame de l’histoire avec l’évolution des envies de Luca, qui ne souhaite plus obtenir de Vespa comme beaucoup d’adolescents mais partir dans une nouvelle aventure à l’université, comme un pré-adulte, est logique et cohérente, et permet d’ajouter un sentiment de tristesse lorsqu’on se rend compte que l’objectif ultime de l’histoire que les deux amis s’étaient fixé, la Vespa, se retrouve finalement vendu pour financer le billet de train qui enverra Luca à Genoa avec Giulia pour attaquer ses études. La scène finale du départ est plus triste du point de vue de Alberto qui va se retrouver seul et que l’on imagine bien retourner vivre dans sa tourelle moyenâgeuse désaffectée, allant de Portorosso, voir le père de Giulia, aux profondeurs marines, voir les parents de Luca. De notre point de vue, il est le seul pour qui la situation ne s’est pas vraiment améliorée. Nous avons tout de même pu constater une complicité certaine entre lui et le père de Giulia, à travers lequel il aura sans doute pu retrouver le père qu’il a perdu. Cela reste néanmoins touchant de voir Luca partir accroché au wagon du train, regardant la pluie tomber sur lui, le transformant à nouveau à moitié en monstre marin, comme cela est arrivé plusieurs fois au cours du film. Comme si la mer elle-même lui donnait son aval pour partir tout en lui rappelant qu'elle n’est jamais loin.


Conclusion

Ce film Pixar, ne restera clairement pas dans nos mémoires. Pas de musique “type” du film, pas de méchant vraiment caractérisé, une histoire bien trouvée mais malheureusement pas poussée au maximum de là où elle pourrait aller, des clichés sur l'Italie et les italiens vraiment très lourds. Cependant, les décors sont bons, le scénario également, même si on peut faire mieux. Peut-être qu’un visionnage au cinéma aurait amélioré l'immersion dans l’histoire de ce petit village du fin fond de l'Italie ? Nous sommes très loin de ce à quoi nous ont habitué les studios Pixar, comme pour Soul par exemple, qui est un film magistral. Si nous n'avions pas su que c’était un Pixar, nous aurions pu croire que c’était un Disney. Cela reste tout de même un bon film d’animation à regarder en famille, sur Disney plus, un dimanche après-midi ! Et vous ? Qu'en avez-vous pensé ? Dites-le nous en commentaire !

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés