Avis Falcon et le Soldat de l’hiver

Aujourd’hui nous allons nous attaquer à la critique d’une série très spéciale pour moi car Captain America, et plus particulièrement Captain America et le Soldat de l’hiver, est mon Marvel préféré. 


Falcon et le Soldat de l'Hiver (The Falcon and The Winter Soldier) est une mini-série de 6 épisodes diffusée depuis le 19 mars 2021 jusqu’au 23 avril 2021 sur Disney+. Produite par Marvel Studios, il s'agit de la deuxième série de l'univers cinématographique Marvel sur cette plateforme après WandaVision, que nous avons analysée précédemment.


ALERTE SPOILER - Attention, cet article contient des spoilers concernant la série, nous vous recommandons de la regarder avant de lire l’article - ALERT SPOILER


Nous allons ici vous détailler notre analyse épisode par épisode, puis nous ferons une conclusion générale de la série. Mais avant-tout, un petit récap du casting !


Casting

Anthony Mackie : Sam Wilson / Falcon / Captain America

Sebastian Stan : James Buchanan « Bucky » Barnes / le Soldat de l'Hiver / le Loup blanc

Emily VanCamp : Sharon Carter / Power Broker

Wyatt Russell : John Walker / Captain America / U.S. Agent

Erin Kellyman : Karli Morgenthau, chef des Flag-Smashers

Daniel Brühl : Baron Helmut Zemo


Episode 1

Nous n’allons pas y aller par quatre chemins, le premier épisode de cette mini-série nous a clairement déçus. Le début est plutôt réussi avec une scène émouvante où on voit Sam ranger le bouclier de Steve (Captain America) puis enfiler son costume de “mec normal”, qui nous permet de déceler le doute dans son esprit.

On enchaîne avec une scène de libération d'otages dans les airs où un combat particulièrement épique se déroule (je tiens particulièrement à féliciter les cascadeurs qui ont dû accomplir certaines scènes vraiment bien réalisées). Nous avons également apprécié de voir à nouveau Bucky en Soldat de l’hiver, même si cette scène était courte ! La partie où Bucky cherche à faire amende honorable de son passé en tant que Soldat de l’hiver en éliminant de sa liste toutes les personnes ayant un rapport avec Hydra et en soutenant le père d’une de ses victimes est touchante et juste. 

Lorsque Sam rejoint sa sœur sur le bateau familial est la séquence à partir de laquelle l’épisode devient, selon moi, dénué de sens. Tout d’abord, on nous plonge dans une histoire de famille que l’on ne connait absolument pas avec la sœur qui souhaite vendre le bateau familial que nous n’avons jamais vu dans les précédents Marvel. Il est donc très difficile d’avoir de l'empathie dans cette scène.

On poursuit avec une scène encore plus grotesque, je parle bien sûr de la demande de prêt à la banque, que je n’arrive pas à prendre au sérieux quand on sait que Sam travaille pour l’armée américaine depuis plusieurs mois et je pense qu’il gagne un peu plus que le troufion standard, sans parler du fait que c’est un des derniers Avengers (ces gars qui ont sauvé la planète). Il lui suffirait de faire une conférence dans un lieu prestigieux avec un ticket d’entrée à plusieurs milliers de dollars et je suis certain que son bateau serait réparé en peu de temps. Ce n’est qu’une idée parmi tant d’autres.

Pour finir sur cet épisode, je dois admettre avoir été déçu qu’il n’y ait aucune rencontre entre Bucky et Sam pendant tout cet épisode, déjà parce que après tout le teasing que Disney a pu faire sur cette série j’avais hâte de voir le binôme évoluer ensemble, mais surtout parce qu'il n’y a que 6 épisodes dans cette série et que cela signifie que nous en perdons un bêtement.

Concernant l’annonce du nouveau Captain America, alias John Walker, j’ai encore été touché par le regard de Sam lorsqu’il regarde sa TV et commence à comprendre que son meilleur ami, Steve Rogers, a été tout bonnement remplacé, comme n’importe quel employé. Ce regard de dégoût et de honte qu’il laisse très clairement apparaître lorsqu’il voit cet “imposteur” porter le costume de son meilleur ami et brandir son bouclier nous fait comprendre à cet instant que ce sera lui le prochain Captain America.


Episode 2

L’épisode 2 du Falcon et le Soldat de l’hiver commence avec la présentation de John Walker, le nouveau Captain America, lorsqu’il finit une sorte de tournée de présentation dans plusieurs villes du pays. C’est lors de cette interview que l’on apprend qu’il est doté de capacités hors normes (force, agilité, intelligence), au point d’avoir été étudié par le MIT, ce qui vient justifier la décision du GRC (Global Repatriation Council) de nommer John Walker à ce poste.

D’après la conversation qu’a John walker avec son acolyte Lemar Hoskins, alias Battlestar, on arrive à déceler un tempérament violent de John, ce qui pourrait laisser supposer que Lemar a été placé en équipe avec John pour le canaliser.

On passe ensuite à la rencontre (enfin !) entre Bucky et Sam qui lance pour de bon cette série basée sur le thème du Buddy movie (« film de copains/potes » en anglais). Les différentes sources de ce style de film sont bien présentées, comme par exemple le passage où Bucky refuse que Sam l’appelle Buck car seul Steve avait le droit de l’appeler comme ça étant donné qu’il était son meilleur ami. Les références à Captain America First Avenger et Le Soldat de l’Hiver sont récurrentes dans la série comme la scène où Sam saute sans parachute, en référence à Steve au début du Soldat de l’Hiver.

On arrive maintenant à la rencontre avec les Flag Smashers où l’on peut voir Bucky se faire malmener par des adolescents, ce que nous n’avons vraiment pas trouvé logique car même s’ils ont pris du sérum de super soldat, Bucky reste le Soldat de l’Hiver, un guerrier redoutable avec plus de 70 ans de combats derrière lui.

Concernant les Flag Smashers, on peut en apprendre davantage sur cette organisation qui reçoit visiblement beaucoup d’aide de la part de la population, qui se fait passer pour des Robin des bois des temps modernes avec leur slogan “un monde, un peuple”.

C’est ensuite à Baltimore que Sam fait la connaissance d’Isaiah Bradley, le deuxième super soldat après Steve Rogers. D’après l’histoire qui est racontée par Bucky, nous pouvons supposer qu’Isaiah était extrêmement puissant dans sa jeunesse car il a réussi à arracher le bras mécanique de Bucky lors de leur combat.

Lorsque Bucky se fait arrêter pour violation des conditions de son pardon, il est surprenant, de prime abord, d’apprendre que c’est John Walker qui le fait libérer, quand on sait comment s’est terminée leur dernière rencontre. Mais il explique qu’il est “un atout bien trop précieux pour être gaspillé”, ce qui veut dire qu’il ne le voit que comme un outil pour arriver à ses fins.

La scène de la thérapie entre Sam et Bucky est drôle mais également intéressante car elle permet à Bucky d’expliquer ses craintes concernant le choix de Sam d’avoir refusé le rôle de Captain America, ce qui, d'après lui, signifie que Steve s’est trompé sur lui et donc, pourquoi pas, sur Bucky également. C’est la base de la confiance qu’avait Steve en Bucky qui lui a permis de se libérer de l’emprise psychologique qu’avait Hydra sur son esprit.


Episode 3

L’épisode 3 de la série Falcon et le Soldat de l’Hiver est intéressant, puisqu’il marque le retour du Baron Zemo, personnage charismatique que nous avons pu découvrir dans Captain America Civil War.

On débute cet épisode directement par l’évasion en mode “Prison Break” de ce dernier, grâce à l’aide de Bucky. Même si la logique des événements n’est pas forcément bonne, nous avons apprécié de voir avec quelle efficacité Bucky a pu organiser son évasion. La scène d’échange entre Bucky et Zemo en prison nous rappelle celle de Civil War avec des rôles inversés puisque cette fois c’est Zemo qui est dans sa prison vitrée. Lorsque Zemo teste Bucky avec les fameux mots codés qui permettent de contrôler le Soldat de l’Hiver, il parvient à déceler la part encore présente du tueur au sang-froid dans la tête de Bucky.


La séquence d’interpellation des flag smashers par le nouveau Captain America est très bien tournée car elle permet de montrer une colère dissimulée de ce dernier et qui ne tardera pas à apparaître au grand jour. 


La séquence à Madripoor, drôle et sérieuse à la fois, car même si certaines scènes comme celles où on voit Zemo danser ou encore, un peu plus loin dans l’épisode, lorsque Bucky refuse d’avancer son siège dans la voiture, comme pour se venger de Sam qui a fait la même chose dans Civil War sont risibles, il n’empêche que le lieu reste dangereux et que leurs déguisements peuvent être compromis à tout moment. Comme il fut bon de voir à nouveau le “vrai” Soldat de l’Hiver qui sait enfin se battre (même si c’est seulement contre des gugus lambda), ce qui était, pour nous, la partie la plus décevante de la série, quand on sait qu’il a mis à mal Steve Rogers plus d’une fois dans Captain America le Soldat de l’Hiver alors que maintenant il se fait maltraiter tout le long de la série. 


Nous avons trouvé le passage avec Selby extrêmement cliché lorsqu’ils entrent dans la pièce sur du Edith Piaf, la seule chanteuse française que les américains sont capables de citer (à croire qu’aucun d’entre eux n’est venu visiter la France depuis 1945). 


Lorsque cette rencontre se termine malheureusement mal et qu’ils finissent traqués dans la rue, on ne peut pas vraiment dire que l’arrivée de Sharon Carter est fortuite, mais plutôt très louche, cela laisse penser qu’elle les suivait depuis le début. Lorsqu’elle raconte son histoire, il parait insensé de croire que personne n’a eu le temps de s’occuper de son cas et de décider d’un pardon gouvernemental comme pour Bucky, qui est tout de même un ancien tueur à gage (même s’il n’était pas lui-même), alors qu’elle est une ancienne membre de la CIA. Une question en appelle une autre concernant son passé depuis civil war car on peut se demander comment elle a pu se reconvertir en trafiquante d’objets d’art et devenir aussi riche au point d’avoir autant d’influence dans cette ville.


Leur rencontre avec Wilfred Nagel permet d’en apprendre davantage sur ce sérum de super soldat, notamment pourquoi ceux qui ont pris cette formule ne sont pas devenus aussi musclés physiquement que Steve, qu’il n’est plus nécessaire d’avoir recours à la grosse machine dans laquelle il avait été enfermé dans l’épisode 1, mais également que les travaux du Professeur Erskine n’ont pas été totalement arrêtés après sa mort. Compte tenu de la haine qu’il porte à tous les super soldats, il est logique qu'à la fin de leur conversation avec Nagel, Zemo décide de l’abattre froidement car il serait capable de créer à nouveau la formule du sérum de super soldat.


Nous ne pouvons finir notre analyse de cet épisode de Falcon et le Soldat de l’Hiver sans parler des “retrouvailles” entre Bucky et Ayo, la seconde-en-chef des Dora Milaje, venue récupérer Zemo. Il nous a paru logique qu’après avoir orchestré la mort de leur roi, les Wakandais n’auraient pas apprécié de savoir Zemo en liberté. Après l’avoir hébergé et soigné, il est normal que le Wakanda demande des comptes à Bucky, le responsable de la libération de Zemo.


Episode 4

Cet épisode 4 de Falcon et le Soldat de l’Hiver commence très fort avec cette scène de “délivrance” entre Ayo et Bucky où elle l’aide à sortir son esprit de l’emprise de Hydra. Cette scène est importante car elle vient expliquer le lien fort qu’il y a entre les deux protagonistes - C’est Ayo qui vient prononcer les mots qui permettaient de contrôler l’esprit du Soldat de l’Hiver. La prestation de Sebastian Stan (Bucky) est parfaite, on arrive très clairement à lire la délivrance que ressent Bucky à la fin de cette scène.


S’il y a bien un personnage qui continue de nous marquer dans cet épisode, c’est clairement Zemo. Il est rusé et sans pitié et il tient parole. On aurait presque tendance (à tort) à le prendre pour un héros, ce qui pourrait nous surprendre pour la suite de la série. Il y a de fortes chances que l'on puisse voir à nouveau ce personnage dans une suite de l’univers Marvel, car nous avons pu constater qu’il y avait beaucoup à raconter sur lui, notamment son passé avec Captain America Civil War ou tout simplement, sur ses aventures futures (parce que nous ne sommes pas dupes, il est claire qu’il finira par se soustraire à la vigilance de Bucky et Sam et qu’il s’échappera tôt ou tard).


On reprend notre analyse avec une scène qui n’a malheureusement pas existé et que nous aurions pourtant bien voulu voir. Il s’agit de celle où John Walker s’injecte le sérum de super soldat. Et oui, il est bien dommage d’avoir zappé cette scène capitale de la série quand on sait qu’elle marquera la fin de John Walker en tant que Captain America, du moins tel que nous l’avons connu au départ.


Une fois n’est pas coutume, nous avons encore été déçus de ne toujours pas voir le grand retour du Soldat de l’Hiver, le tueur à gage redoutable qui donne autant de fil à retordre à Steve Rogers lors de Captain America et le Soldat de l’Hiver. Bucky a plusieurs dizaines d’années de combats derrière lui et il se fait encore et toujours martyriser par des gamins qui ont seulement reçu une injection du sérum de super soldat, tout comme lui, sans les compétences de guerrier qu’il a pu obtenir après des décennies de luttes et d’assassinats et surtout sans son bras en vibranium, créé au Wakanda, qui s’avère être totalement inutile si ce n’est pour montrer la supériorité de Ayo lorsqu’elle déconnecte son bras (un petit clin d’oeil afin de lui montrer que le Wakanda peut arrêter de les soutenir s’ils n'obtempèrent pas) ou peut-être pour créer un sentiment d’équité pour le spectateur (s’il est clairement plus fort que les antagonistes, il n’y a plus aucun stress, on sait qu’il gagnera). En tous cas, nous on préférait son premier bras qui lui était beaucoup plus utile. A contrario, nous sommes fsurpris de voir que Sam arrive à rivaliser au corps à corps avec des super soldats alors qu’il n’est qu’un simple soldat (entraîné certes, mais il reste un homme comme un autre). Nous y voyons là peut-être un moyen de mettre nos deux héros au même niveau et donc de pouvoir créer un binôme à force égale et non plus un chef et un suiveur comme nous avions pu le voir avec Steve et Sam auparavant. 


En parlant de combat, il nous semble nécessaire de mentionner le fait que les plans pendant les scènes d’actions étaient un peu trop rapprochés et rapides à notre goût pour pouvoir savourer au mieux les combats au corps à corps, ce qui pouvait nous perdre par moment.


On termine cette analyse de l’épisode 4 avec l’assassinat brutal du flag smasher par Captain America alors qu’il était à terre et désarmé. Il est encore plus choquant de savoir qu’il a été tué par son héros, fait que nous avons pu découvrir via son court flash back où il explique à Karli Morgenthau qu’il était fan de Captain America quand il était petit. Le fait que John Walker devienne fou après avoir vu son ami Lemare mourir sous ses yeux semble justifié car il ne faisait aucun doute pour nous que Lemare était une sorte de garde-fou pour John Walker et que sa mort (logique) viendrait faire basculer l’esprit hargneux de ce nouveau Captain America. Nous avons vraiment adoré cette référence à Civil War lors de l'exécution du flag smasher, la scène où Steve brandit son bouclier au-dessus de Ironman, tout comme John, à la différence que lui le plante dans le cœur ARC de Tony et non dans sa caboche.


Episode 5

Dans cet épisode 5 du Faucon et le Soldat de l’Hiver, on attaque directement avec peut-être, pour nous, la meilleure scène depuis le début de la série (à voir la suite, il reste encore un épisode), nous parlons bien sûr du combat entre Bucky, Sam et John Walker. Nous avons adoré cette scène non seulement pour son combat épique et sa qualité de prise de vues, mais également pour toutes ses références aux anciens Marvel. Le combat à trois est une nouvelle référence à Civil War, comme lors du combat entre Ironman, Steve et Bucky, sauf que cette fois Bucky fait équipe contre Captain America. Au niveau de la musique d’ambiance, nous avons pu reconnaître certains thèmes des précédents Captain America, que nous avons trouvé particulièrement bien choisis pour cette séquence. Une autre référence plutôt bien trouvée, le moment où ils arrachent le bouclier des mains de John Walker fait référence à la fin de Infinity War où l’objectif est de retirer le gant imprégné des pierres d’infinité à Thanos. Lors de ce combat, nous avons été un peu moins déçus par le niveau de Bucky contre John Walker car il a été clairement expliqué qu’il disposait naturellement d’une force hors norme et maintenant qu’il a pris le sérum, il paraît logique qu’il soit plus fort que d’autres super soldats, surtout sachant que le sérum de Wilfred Nagel est nettement supérieur à celui qu’hydra a pu injecter à Bucky, et même si cela ne justifie pas totalement l’écart entre la grande expérience du combat qu’a pu obtenir Bucky, il reste plus facile de comprendre la difficulté du combat, sachant que John Walker est un soldat surentraîné. 


A la fin du combat, lorsque Bucky ramasse le bouclier et devient, pour quelques secondes Captain America, nous pouvons sentir une connexion presque palpable avec Steve, son ami de toujours. L’image de Bucky tenant le bouclier dans ce halo de lumière, comme le soldat maudit qui renaît dans la lumière, est magnifique. C’est presque marrant de voir comment il le jette au sol à côté de Sam avec un regard qui en dit long. Nous pouvons quasiment l’entendre dire : “c’est ta responsabilité, ne l’abandonne pas cette fois !”.


La scène du plaidoyer de John Walker devant le tribunal qui le destitue de ses fonctions de Captain America est là encore très touchante car, comme il le dit si bien, il n’a fait qu’obéir aux ordres et la phrase : “je suis votre oeuvre”, qui fait taire la salle pendant quelques secondes est encore plus poignante car elle montre que John Walker est un homme normal avec ses défauts, contrairement à Steve Rogers le soldat presque trop parfait.


Lorsque Bucky retrouve Zemo devant le monument commémoratif de la tragédie qui a frappé la Sokovie, son pays, on peut voir dans son regard porté sur cette sculpture d’une famille, à quel point il est toujours marqué par la perte de la sienne. Le soulagement qu’on peut lire sur son visage lorsque Bucky pointe son arme sur lui, nous permet de ressentir la délivrance du poids que pouvait être la douleur de la perte de sa famille. Malheureusement pour lui, Bucky n’est plus un tueur au sang froid et il le prouve en jetant ses cartouches par terre. C’est également une façon pour lui de se prouver que la partie du Soldat de l’Hiver qui était présente dans son esprit est bel et bien partie.


La partie où Isaiah Bradley raconte son histoire est à la fois triste et horrible, puisqu’elle se base malheureusement sur des faits historiques. Cet homme noir qui aura tout fait pour protéger son pays et ses camarades et qui aura eu pour seuls remerciements de finir enfermé pendant 30 ans. 30 ans pendant lesquels il servira de cobaye et subira une quantité incroyable de tests afin de comprendre pourquoi le sérum de super soldat a fonctionné sur lui. Sans parler du fait que sa femme est morte pendant sa détention. Cette scène est très bien écrite et interprétée car c’est elle qui est au cœur du message de la série et nous pouvons facilement détecter une inspiration de “Black Lives Matter” dans son discours comme lorsqu’il affirme qu’ils ne laisseront jamais un homme noir devenir Captain America. On peut toutefois lire une réponse forte dans le regard de Sam, qui semble avoir envie de relever le défi.


Le retour de Sam dans sa maison familiale permet à Sam de se recentrer sur sa famille ainsi que sur lui-même afin de l’aider à répondre à la question dominante dans cette série : “Est-ce que je peux devenir le prochain Captain America, comme Steve le souhaitait ?”. On sent immédiatement qu’il rentre avec une idée en tête, celle de demander à la communauté de son village de rembourser la dette qu’ils avaient envers sa mère en l’aidant à rénover le bateau familial, passant donc outre le prêt que la banque a refusé de leur donner. Le passage où Bucky arrive pour aider et qu’il commence à flirter avec la sœur de Sam est vraiment tordant. On imagine très rapidement la scène du où Sam amène Bucky, son futur beau-frère au mariage avec sa sœur.


Cette séquence est très importante dans la réflexion de Sam car la réparation de ce bateau représente la fracture qu’il y avait entre les deux hommes ainsi que celle qu’il y a entre la communauté afro-américaine et la communauté blanche dans ce pays divisé depuis sa création mais qui pourrait être réunifié autour d’un homme que toutes les communautés ont accepté et dont elles sont toutes reconnaissante pour avoir sauvé la moitié de la Terre avec les Avengers, Sam, portant un symbole commun, le bouclier de Captain America. Leur discussion permet à Sam d’accepter de porter ce fardeau que Steve lui a laissé et d’embrasser son destin de Captain America.

 

Episode 6

L’épisode 6 commence en pleine attaque du GRC par les flag smashers où nous pouvons voir arriver Sam dans sa nouvelle tenue de Captain America, créée par les Wakandais. Son costume est assez fidèle à celui des Comics et plutôt réaliste. Nous avons également apprécié la référence au bouclier de Captain America grâce aux ailes qui permettent de le protéger totalement de l’hélicoptère qui s’écrase, ou encore de le stabiliser en l'ancrant dans le sol pour encaisser les coups des super soldats.

Le premier combat commence avec Georges Batroc lorsque celui-ci l’attaque par surprise avec que Sam tante d’empêcher les membres du GRC de sortir du bâtiment afin d’éviter qu’ils ne tombent dans le piège des flag smashers. Batroc n’utilise jamais une arme contre Sam, ce qui nous a encore une fois semblé illogique, quand on sait à quel point Batroc souhaite la mort de Sam. S’il souhaitait tant le faire souffrir, il pouvait lui tirer une balle dans chaque genoux, sans pour autant chercher à lui écraser le crâne à main nue. Nous ne pouvons que supposer que c’est une excuse pour pouvoir créer un long combat au corps à corps. Combat parfaitement millimétré et chorégraphié avec succès. 

Mais au final, après une prestation plutôt bonne au niveau des chorégraphies et beaucoup moins au niveau de l’utilité du personnage, Batroc connaîtra une mort à la hauteur de son utilité dans la série. Nous pensons que son apparition a servi uniquement à faire référence à Captain America le Soldat de l’Hiver afin de montrer une transition entre les deux Captain America, Steve et Sam, et ainsi pouvoir clore le chapitre avec Steve Rogers (il n’est plus là, tous ses ennemis sont morts, tout est bien qui finit bien).

Pour en finir avec le personnage de Georges Batroc, nous ne pouvons nous empêcher de nous demander pourquoi ont-ils gardé sa voix originale au lieu de la traduire dans la version française. Ils le font passer pour un français mais son accent canadien est beaucoup trop perceptible et ses répliques en français, que ce soit en version originale ou en français, sont totalement dénuées de sens. L’acteur de Georges Batroc, Georges St-Pierre est pourtant un francophone et il semble assez illogique qu’il n’ait pas averti les scénaristes que ses répliques, dans les contextes où il les utilise, sont complètement stupides.

Concernant Sharon Carter, cet épisode n’est venu que confirmer ce que nous soupçonnons déjà. Il s’agit bien du Power Broker, maître de Madripoor qui règne dans l’ombre. Pour ceux qui avaient encore des doutes sur sa moralité visiblement disparue depuis Captain America Civil War, lorsqu’elle tue le flag smasher avec une pastille chimique, qui lui brûle entièrement le visage et qui le fait mourrir dans d’atroces souffrances, il ne fait plus aucun doute qu’elle est définitivement passé de l’autre côté de la ligne rouge. Ce qui signifie que l’appel qu’elle reçoit en fin d’épisode pourrait donner lieu à une suite de la série (nous ne pensons pas que nous verrons cela dans les Avengers).

Nous avons trouvé que la symbolique de l’image de Sam qui arrive en volant, portant le corps sans vie de Karli, dans ce halo de lumière créé par le projecteur, tel un ange transportant l'âme d’une martyre, très bien mise en scène.

On passe maintenant à John Walker qui débute la série comme un héros américain au service de son pays, qui reprend le flambeau du plus grand héros des États Unis, pour finir par se transformer en espèce de psychopathe assoiffé de vengeance. Ce qui est assez curieux c’est que dans l’épisode précédent, Sam et Bucky doivent se battre à deux contre lui. Et c’est seulement après un combat particulièrement éprouvant qu’ils arrivent à lui arracher son bouclier et à le neutraliser. Dans son combat avec Karli, ils sont seuls. Pourtant, marlgret la rage qu’il a pour elle et son expérience en tant que combattant, il ne parvient pas à vaincre une gamine qui ne sait certainement pas se battre aussi bien qu’il héros de guerre multi-médaillé qui a presque mis une raclée à Bucky et au nouveau Captain America. Nous avons trouvé que sa rédemption (il sauve les gens au lieu de se battre contre Karli), fut étrange et rapide quand on sait avec quelle rage nous l’avions vu créer son nouveau bouclier dans la scène post-crédit de l’épisode 5. En plus de cela, il accepte trop facilement Sam en Captain America, alors que, seulement un épisode plus tôt, affirmait être le seul Captain America. La dernière scène dans laquelle nous le verrons devenir US Agent nous laisse supposer qu’il pourrait rejoindre le groupe des Dark Avengers (des super-vilains se faisant passer pour des héros).

Pour Bucky, l’analyse est simple. Il a débuté la série comme un homme seul et traumatisé qui a perdu Steve, son meilleur ami, la seule personne qu’il connaissait. A la fin, il est parfaitement intégré à la société et n'est plus enfermé dans son appartement à chercher uniquement à réparer ses erreurs commises lorsqu’il était le Soldat de l’Hiver. Il arrive même à enfin s’excuser auprès de ses vraies victimes. Les familles des personnes qu’il a assassinées. Notre seul regret le concernant restera le fait que nous n’avons pu trouver aucun combat iconique, ni à la hauteur de son niveau dans Captain America le Soldat de l’Hiver.

L’évolution de Sam est un peu plus complexe. Il a commencé cette série persuadé qu’il n’était pas digne de l’héritage de Steve Rogers. L’héritage de Captain America. Les différentes épreuves qu’il a pu traverser lui ont fait comprendre qu’il n’était pas obligé de faire un choix entre ses origines ethniques et son devoir en tant que Captain America. Equipé par le bouclier que Steve Rogers lui a laissé et un équipement créé par des africains (les Wakandais), c’est un tout nouveau Captain America qui arrive, avec de nouveaux combats. Aussi bien physiques que politiques. Et il suffit d’écouter ce vieil homme dans la foule s’exclamer : “C’est Black Falcon !”, puis entendre le jeune homme à côté, probablement son fils, répondre : “Non, c’est Captain America !” pour comprendre qu’il est déjà accepté par la population américaine.

La scène du musée avec Sam faisant visiter la partie rendant hommage aux soldats afro-américains pendant la guerre de Corée, et plus particulièrement à Isaiah Bradley, permet d’en apprendre davantage sur le passé des afro-américains et surtout de reconnaître les traitements qui leur étaient infligés. Cette étape est nécessaire pour prendre conscience de l’état actuel de la société et pouvoir enfin aller de l’avant et s’unir dans un futur avec des objectifs communs.

Conclusion

Pour conclure, nous avons trouvé cette série réussie, malgré les quelques points négatifs expliqués précédemment, comme la faiblesse physique inexplicable de Bucky qui restera la plus grosse. Le scénario est bien structuré, même si le premier épisode est un peu lent car il sert simplement à introduire l’histoire du bateau familial de Sam, mais il faut attendre la fin de la série pour se rendre compte de son utilité. C’est grâce à lui que Sam s’interrogera sur son rapport avec la bannière étoilée, et à travers lui qu’il trouvera la force de reprendre le flambeau de Steve en tant que Captain America. Le combat qui restera pour nous le plus épique est celui à trois entre John Walker, Sam et Bucky.

Et vous, qu’avez-vous pensé de cette nouvelle série Disney+ ? Avez-vous apprécié ce nouveau format d’analyse de série ? En tant que fans de Captain America nous tenions à faire un décryptage complet de la série, même si nous avons dû éliminer plusieurs passages d’analyse pour ne pas la surcharger.

N'hésitez pas à nous dire si vous souhaitez en avoir davantage !

1 commentaire

Emy

Cet article donne envie de découvrir la série 👌

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés